• Social-libéralisme ou la trahison de la gauche

    Il fut un temps où les partis sociaux-démocrates et écologistes avaient l'ambition de changer la société. Sans avoir les ambitions révolutionnaires que les communistes ou les anarchistes pouvaient nourrir, ces partis dits de gauche croyaient en un système où la société ne serait pas guidée par les marchés financiers et osaient passer à l'offensive pour réclamer des avancées sociales. Lointaine époque désormais. L'effondrement des systèmes marxistes-léninistes a persuadé l'Europe qu'il ne pouvait y avoir d'alternative au capitalisme. Les grands partis de gauche n'ont pas échappé à ce tsunami néolibéral. Pas plus tard qu'hier, je lisais dans un journal une déclaration de la présidente des Verts suisses, Mme Adèle Thorens, déclaration illustrant à merveille la politique des Verts d'aujourd'hui :

    « Nous devons encore lutter contre le préjugé prégnant d'une large frange de la population pour qui l'écologie est synonyme de danger pour l'économie. »

    La messe est dite. Oubliez ces écologistes baba-cools des années 1970 qui critiquaient le système économique. Les Verts d'aujourd'hui cherchent à froisser le moins possible les milieux économiques. Le capitalisme vert, les « green techs » voilà la solution selon eux. La décroissance ? Mais non, voyons, ce serait contre-productif, l'idéal est le développement durable…

    Qu'on ne me présente plus les Verts comme porteurs d'une autre vision de la société !

    Une autre belle illustration de cette trahison de la gauche traditionnelle se trouve sur le site internet du parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), https://www.spd.de/. J'y lis en grand sur la page d'accueil »Mehr Zeit für Familien - Entspannt durch das alltägliche Chaos«, ce que l'on peut traduire par « Plus de temps pour les familles - Détendu parmi le chaos quotidien ». Je trouve ces quelques mots magnifiques tellement ils sont révélateurs. Quoi de plus explicite ? Détendu parmi le chaos quotidien… le parti ne cherche même pas à mettre de l'ordre dans ce chaos, mais simplement à le masquer.

    Quelle résignation ! Masquer les problèmes au lieu de chercher à les résoudre, j'appelle cela du socialisme de façade.

    J'espère qu'après cela vous ne considèrerez plus les partis sociaux-démocrates et apparentés comme porteurs d'une alternative sociale et économique. Pourtant nombre de personnes votent encore pour ceux-ci en croyant que la politique va changer. Une fois déçus, ils votent pour l'extrême droite…

    « Égalitarisme cosmétiqueGermanophobie européenne »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :