• Oui à l'essence à cinq francs

    Quoi ? Cinq francs le litre d'essence !

    Oui, vous avez bien lu. Non, ce chiffre brandi par les opposants à l'initiative proposant d'introduire une taxe sur les énergies non renouvelables en lieu et place de la TVA n'est certainement pas exagéré. C'est ce qui attend vraisemblablement les automobilistes de ce pays si l'initiative est acceptée.

    Et pourtant, j'accorderai mon oui à cette initiative. Mais pourquoi donc ?

    Avant tout, regardons plus exactement de quoi il est question :

    Aujourd'hui, en Suisse comme partout ailleurs en Europe, est en vigueur le système de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA). Cela signifie que si quelqu'un, qu'il s'agisse d'une entreprise ou de vous et moi, achète des courges à un marchand ou paye le plombier venu déboucher la baignoire, paye en plus une taxe à la Confédération (souvent sans même y songer car incluse dans la facture) : 8% en général, 2.5% pour certains biens «de base» (alimentation, livres, etc.). Cet argent, tout comme les impôts, sert à financer les diverses tâches de la Confédération (services publics, assurances sociales mais encore autoroutes ou armée) et constitue 35% des revenus fédéraux.

    L'initiative propose de supprimer cette taxe.

    En contrepartie, dans une perspective écologique, une taxe nouvelle serait introduite, taxe qui toucherait exclusivement les énergies non renouvelables (c'est à dire nucléaire, gaz, charbon, pétrole et dérivés) ainsi que l'énergie grise qui se cache derrière de nombreux produits. Cependant ces taxes devraient rapporter à la Confédération autant d'argent qu'en rapporte la TVA aujourd'hui. Naturellement, pour atteindre cet objectif, les taxes devront être très fortes. Cela implique que les prix de l'essence, du mazout, du gaz et, dans une moindre mesure, de l'électricité seront bien plus élevés qu'aujourd'hui.

    Certains prétendent que ce n'est pas aux pauvres citoyens que nous sommes de supporter les couts d'une transition vers d'autres énergies plus propres. Eh bien moi je prétends que si. Si, parce que le réchauffement climatique est bel et bien là et nous concerne tous, qu'on le veuille ou non. Et c'est bien nous, en circulant en voiture, en nous chauffant au gaz et en achetant des produits dont la fabrication et le transport sont polluants, qui contribuons au réchauffement planétaire. De plus, avec la suppression de la TVA, les prix de beaucoup de biens et services baisseront, donc au final nous ne payerons pas plus de taxes.

    D'autres diront que cette taxe, en remplissant son objectif de diminution de la consommation d'énergie non renouvelable, va en quelque sorte s'autodétruire, menant la Confédération et tout ce qui en dépend (AVS, AI, CFF, …) à des soucis financiers. Bien entendu qu'une telle taxe ne va pas assurer les recettes fédérales sur le long terme ! Seulement, il n'est pas interdit, une fois la taxe sur l'énergie ayant rempli son rôle, de la remplacer à nouveau par une TVA ou d'augmenter les impôts pour les plus fortunés (ce qui serait plus juste qu'une TVA qui s'applique à tous sans distinction).

    Par contre, tant que cette taxe sera en vigueur, elle devra pour générer suffisamment de revenus être augmentée au fur et à mesure que la consommation d'énergie polluante baissera, incitant de plus en plus les gens à se tourner vers d'autres sources d'énergie, et, mieux encore, à réduire leur consommation.

    De plus, l'essence devenant plus onéreuse, beaucoup de personnes n'habitant pas en zone urbaine risquent de se tourner plus fréquemment vers le train, ce qui générera d'autant plus de rentrées financières aux compagnies ferroviaires et leur permettra d'améliorer leur offre (meilleure desserte en zone rurale, nouvelles lignes, etc.).

    De même, la demande pour de nouveaux véhicules non polluants s'en trouvera grandie et les sociétés développant de tels véhicules ne seront plus soumis à la concurrence «déloyale» des automobiles roulant aux hydrocarbures.

    Pour couronner le tout, ne plus dépendre des sources d'énergie fossile assurerait un approvisionnement énergétique sans avoir à se plier aux conditions des mafieux qui détiennent les réserves de pétrole, de gaz et d'uranium.

    Définitivement, cette idée serait profitable à l'environnement mais aussi au plus grand nombre. Si cela fonctionne en Suisse, alors certainement que l'Europe et même d'autres s'en inspireront.

    Ce n'est pas souvent que nous sommes amenés à voter sur des initiatives réellement utiles à la société. Pour une fois que l'occasion s'en présente, il ne faut pas hésiter. Même s'il y a peu de chances que ce pays conservateur accepte une telle mesure, votons clairement OUI !

     

    Cela dit, vous trouverez dans la même enveloppe de votation une autre initiative nettement moins utile. Son objectif ? Réduire les impôts prioritairement pour les familles aisées, secondairement pour les familles moins aisées et pas du tout pour tous ceux n'ayant pas d'enfants. Cela n'est pas présenté ainsi mais c'est bien là de quoi il retourne. Même si une réduction d'impôts sonne bien au premier abord, ce seront autant de coupes dans les services publics, et surtout… un peu de justice, que diable ! Il n'y a pas lieu de favoriser les ménages ayant des enfants face aux autres, et encore moins d'offrir des cadeaux aux riches.

    « François n'est pas CharlieFukushima, quatre ans plus tard »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Brunner Nathan
    Samedi 21 Février 2015 à 18:19
    Brunner Nathan
    Bonjour,
    Je suis contre cette initiative. En effet, la TVA est un impot proportionnel à l'achat: si quelqu'un à plus de moyen, il achète plus est donc paye proportionellement plus d'impots. Ce système me paraît être en accord avec la justice sur l'achat.
    La taxe sur les énergies non renouvelables n'est pas juste. Car les énergies non renouvellables ciblées sont achetés en quantité plus ou moins égale par les citoyens (en effet, un bien de luxe n'a pas une grande différence d'énergie grise par rapport à un bien normal en comparaison à leur prix). Ainsi, les personnes avec plus de moyen contribueront moins, proportionellement à ce qu'ils achètent.
    Néanmoins, il faut bien entendu augmenter petit à petit la taxe sur les énergies non renouvelables. Cependant, je rappelle que supprimer la TVA serait un passage d'un régime juste à un régime injuste.
    Peace.
    2
    Camille Paul
    Samedi 21 Février 2015 à 19:27

    Bonsoir,

    N'étant pas très férue de politique et encore moins d'économie. Il est possible que certaines choses m'aient échappé.

    Certes, cette initiative permettrait un changement qui au jour d'aujourd'hui est absolument nécessaire, mais j'en déplore certaines conséquences, que subiront la classe moyenne et pauvre.

    Je m'explique. Dans le cas de certaines PME, l'application de cette initiative serait un désastre. Dans le sens qu'aujourd'hui, la plupart des entreprises suisses subissent déjà une lourde concurrence au niveau européen notamment dans le domaine de la construction. Si cette initiative passe ces entreprises, qui livrent du matériel de construction, devront augmenter leur prix et la tentation du client lambda de commander à l'étranger sera encore plus forte. Je pense qu'ainsi les petites entreprises suisses qui font notamment beaucoup de livraison, ne pourraient pas se relever d'un tel coup. Et ce serait une fois de plus les plus "modestes" qui trinqueront. Il est vrai que par cet aspect-là la consommation serait moindre en Suisse, mais c'est à l'étranger que l'on polluera plus pour l'exportation des produits meilleurs marché.

    Cette initiative me pose un autre problème. Si elle passe, c'est vrai que l'on se tournera plus facilement vers le train, qui sera du coup moins coûteux. Mais pour le bus, c'est une autre histoire... Hélas, toutes les régions ne sont pas desservies par les trains. Je pense qu'une augmentation significative des billets de bus pour les étudiants et les personnes aux conditions modestes causeraient beaucoup de préjudices et ne seraient pas viable. 

    Comme tu le dis, une taxe sur l'énergie sur le long terme n'est pas faisable et devrait être remplacée soit par la TVA, soit complétée par des impôts plus élevées. Pour la remplacer par la TVA, il faudrait la soumettre au peuple et je ne pense pas que ce dernier soit suffisamment "averti" pour voter favorablement à cette dernière. Et pour ce qui en ait des impôts plus élevés, pourquoi pas... Mais il me semble impossible que les impôts soient augmentés seulement pour les riches.

    Cependant, je pense en effet comme toi que cette initiative permettrait d'envisager un meilleur avenir pour notre planète, même si le prix à payer peut-être conséquent pour certaines personnes. Elle permettrait un changement durable dans les habitudes et les achats de chacun et nous apprendrait bien malgré nous à devenir éco-responsables. Il est juste dommage qu'il en faille toujours venir à l'argument de l'argent pour que l'animal humain change.

    Finalement, ton article m'a permis de reconsidérer cette initiative et me fait me demander si je suis assez optimiste pour croire au changement et à un monde plus respectueux et sain.

    3
    ben
    Samedi 21 Février 2015 à 23:45
    Salut,

    Malheureusement pour la planète,tout n'est pas aussi simple en se qui concerne l'énergie : augmenter le trafic ferroviaire et développer l'utilisation de voitures électriques me semble être une bonne idée. Cependant, cela entraînera une TRÈS forte hausse de la consommation électrique. Le problème est que cette hausse combinée à l'abandon de l'énergie fossile (près de 40% de la production actuelle en Suisse) mènera forcément à une pénurie d'énergie... La solution : Importer de l'énergie nucléaire (France) ou à base de charbon (Allemagne)? Ou construire de nouveaux barrages au fils de l'eau ou éoliennes, ce qui prendrait des années et coûterait des centaines de millions à la confédération, sans compter les multiples oppositions de groupes écologiques, résidents voisins ou autres qui refuseraient de "gâcher" le paysage avec de telles installations...
    Je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure solution.


    En se qui concerne le côté économique, cette taxe ne remplacera certainement pas la TVA ou du moins pas bien longtemps. De plus, comme l'a dit Nathan, cette taxe n'est pas si inégale et le taux Suisse reste bien inférieur à la moyenne de l'union européenne (~20%).

    ABE
    4
    Dimanche 22 Février 2015 à 18:29

    @ Nathan

    C'est vrai, je l'avoue, une taxe sur l'énergie (grise ou pas) n'est pas une taxe «sociale». La TVA a certes un avantage à ce niveau-là, mais elle n'encourage pas un comportement écologique. Du moment que deux biens ou services ont la même valeur marchande, ils sont taxés au même degré (excepté ce qui bénéficie du taux réduit à 2.5%), peu importe qu'ils soient néfastes ou non pour l'environnement. Ce n'est pas très juste comme système non plus…

    Bien sûr que le système proposé n'est pas parfait, mais au fond, est-il plus logique de taxer plus fortement ceux qui dépensent plus ou ceux qui polluent plus ?

    Et comme mentionné, il n'est pas impossible (et même probable) qu'une TVA soit réintroduite une fois cette taxe ayant accompli son rôle.

    Merci du commentaire !

    5
    Dimanche 22 Février 2015 à 18:30

    @ Camille

    Merci du commentaire !

    Le risque de favoriser la concurrence étrangère est bien réel, je te l'accorde. Cependant le texte de l'initiative prévoit « Aux fins de prévenir des distorsions de concurrence graves et de simplifier la perception de la taxe, la loi peut prévoir des exceptions au prélèvement de la totalité de la taxe. ». Il faut juste espérer que cela soit bien appliqué pour éviter ce genre de problèmes…

    Pour ce qui est des bus… oui, les billets risquent effectivement d'augmenter un peu. Mais les répercussions de l'augmentation du prix des carburants seront plus fortes pour les automobilistes voyageant souvent seuls que pour les passagers nombreux d'un autobus (que représente le prix du carburant sur le prix d'un ticket d'autobus ?). De ce fait, plus d'automobilistes vont probablement se tourner vers le bus, remplissant mieux les véhicules. Si le carburant est plus cher mais qu'il y a plus de monde dans les bus (actuellement beaucoup ne sont même pas remplis à moitié selon les heures), le prix par passager ne devrait pas être tellement plus élevé.

    Après, je trouve que cela a un bon côté aussi. Depuis les années 1930, la généralisation de l'autobus a mené à la fermeture progressive de (très) nombreuses lignes de chemin de fer en Europe et à leur remplacement par des services d'autobus. L'augmentation du cout de ce dernier permettrait d'inverser la tendance, d'anciennes lignes aujourd'hui abandonnées seraient réouvertes et de nouvelles lignes secondaires pourraient être construites, plutôt que de développer toujours plus la grande vitesse ferroviaire…

    Pas assez avertis, les votants suisses ? Oui, j'en ai trop souvent l'impression… mais honnêtement, s'ils acceptent ce changement, alors ils accepteront d'adapter à nouveau le système dans quelques années. On peut tout à fait augmenter les impôts pour les riches : déjà supprimer les forfaits fiscaux (certains s'en iront mais au final nous sommes gagnants). Ensuite il faut savoir que les impôts sont progressifs : quelqu'un ayant un revenu important est soumis à un taux d'imposition plus élevé qu'une personne à faible revenu. Ces taux peuvent être modifiés… ou on peut aussi instaurer un impôt supplémentaire pour tout revenu dépassant tel montant (et il est plus facile de convaincre les votants d'accepter ce genre de mesure qu'une taxe s'appliquant à tous).

    « Il est juste dommage qu'il en faille toujours venir à l'argument de l'argent pour que l'animal humain change. »

    Trop bien dit pour nécessiter un commentaire…

    Pour ma part je suis et je reste optimiste en ce qui est de croire au changement. Après, les gens… je n'ai pas l'espoir de tous les changer, mais si le monde change, ils s'adapteront aussi. Mais pour changer le monde, il y a besoin de gens qui y croient, et donc… de toi.

    Une très bonne soirée à toi, chère Camille (ou plutôt S. F.)

    6
    Dimanche 22 Février 2015 à 18:31

    @ ben

    Pour ma part je ne pense pas que la voiture électrique (sous sa forme actuelle en tout cas) soit réellement une solution d'avenir. Comme tu l'as dit, le problème est l'énorme augmentation de la consommation d'électricité qui en résulterait (auquel s'ajoute encore la question des composants présents dans les batteries de tels véhicules, pas forcément très écologiques). Pour ma part, je pense qu'il faut faire confiance aux scientifiques (oui, c'est moi qui dis ça) qui détiennent déjà aujourd'hui tout le savoir nécessaire pour concevoir des véhicules bien plus économes en énergie. Cela fait longtemps que l'on pourrait développer de tels véhicules, seulement vu que cela ne serait pas concurrentiel, personne ne veut aujourd'hui s'y lancer…

    Importer de l'énergie fossile étrangère ? Pas de risque : cela ne serait pas plus rentable que d'en produire en Suisse, vu qu'elle serait taxée au même niveau en passant la frontière.

    Oui, le taux de TVA suisse est bas en comparaison internationale. Et oui, cette taxe n'est pas si inégale, c'est sûr. Seulement pour ne pas faire passer tout le monde à la caisse en introduisant des taxes sur l'énergie, il faut bien cesser de taxer autre chose, ne serait-ce que temporairement, sinon les votants ne vont jamais accepter une telle mesure.

    Merci du commentaire !

    7
    Merlin
    Mardi 24 Février 2015 à 00:11
    Hello!

    Intéressant débat dans le coin, c'est un plaisir de découvrir ce forum!

    Que dire de cette initiative...

    On voit bien, dans vos réponses et dans les esprits des gens qui ont un quelconque brin d'anthropisme en tête qu'il faut taxer les énergies non-renouvelables. Les chiffres et les effets sont là pour nous le prouver, l'énergie est un des facteurs clés de notre pollution sur la planète, quelque soit le degré. Sur cela, personne ne peut raisonnablement coontester je suppose. Mais est-ce que cela peut faire changer la donne de taxer l'énergie en supprimant en face la TVa? Je n'en suis pas convaincu.

    Là où le bas blesse, c'est cette question de la suppression d'un tiers des revenus de la Confédération, avec une compensation fiscale coupant son alimentation au fur et à mesure que les gens limiteraient leur consommation. Ce n'est pas viable. On peut émettre des critiques sur la TVA, il n'empêche qu'en termes économiques elle se justifie aussi bien pour l'égalité des dépenses par ménage que pour l'État. Elle nécessite certes des modifications, mais ce n'est pas le sujet.

    Le sujet, c'est que justement autoriser des exceptions à la taxe écologique,ce qui n'existe pas pour la TVA, favoriserait les gros consommateurs (usines, entreprises) qui se débrouilleront pour moins payer, à coup sûr. Supprimer la TVA déséquilibrerait à mon avis le système égalitaire patiemment construit et tendrait à favoriser les plus riches, et les poissons les plus imposants.

    Pourtant j'ai voté oui, parce que je veux que 30,40 voire 50% des gens disent un grand oui à une taxe et montrent une réelle envie de voir se modifier le système de transports et de circulation actuel. Je souhaite que cette initiative ne passe pas, car elle s'attaque à l'allié efficace et approuvée de l'état qu'est la TVA, mais qu'elle échoue avec ce succès que seules les initiatives dignes de marquer les consciences possèdent. Fasse les dieux que l'on pait plus nos transports, quelques qu'ils soient, et que nous limitions nos déplacements à l'échelle trans-nationale, la planète nous en saura gré.
    8
    Mercredi 25 Février 2015 à 14:46

    Merci, c'est intéressant ce que tu dis !

    La question des exceptions à la taxe écologique est assez discutable, c'est vrai. Maintenant si c'est le prix à payer pour que les entreprises qui ont indiscutablement besoin de beaucoup d'énergie (industrie des machines, etc.) ne délocalisent pas leur production à l'étranger là où il n'y a pas de taxe et continuent d'y faire la même chose, c'est un moindre mal.

    Personnellement, si j'avais le choix d'introduire cette taxe et de conserver la TVA, c'est bien cette option que je choisirais. Maintenant le problème avec une telle proposition est que cela ferait payer plus de taxes à la population et que les votants dont beaucoup ne voient pas plus loin que le bout de leur nez balayeraient l'idée. En supprimant une autre taxe en compensation, il y a au moins une maigre chance que ça passe.

    Ma foi c'est vrai que cette solution n'est de loin pas parfaite, et je comprends tout à fait ton point de vue (et c'est très honorable que de voter pour une initiative dans l'unique perspective qu'elle fasse un score respectable !).

    9
    Sonia Mendes
    Lundi 2 Mars 2015 à 23:39

    Holà pourfendeur du mal,

    Je tiens par avance à préciser que je n'ai lu que le début de ton article et le début du commentaire de Merlin; mais pas besoin d'être Einstein pour comprendre ce que tu penses, je pense connaître en tout cas une partie de tes opinions (peut-être cela Est-ce prétentieux; si c'est le cas, n'hésite pas à me le dire).

    Je serai concise. Comme l'a dit le Christ (Est-ce que cette allusion est une référence à une citation que tu m'avais faite dans un commentaire de ton blog?): "Aime et fais ce que tu veux" comme l'a dit Saint Augustin. Cette citation ne s'adresse pas directement à toi, quoique oui puisque tu fais partie de l'humanité; mais je dirais que cette citation est ce que je dirais aux gens s'ils me demandent mon opinion sur la façon dont les gens agissent face à l'environnement.

     

    Je suis plutôt connue pour être étiquetée extrême verte-gauche-droite.

     

    Fi des étiquettes.

     

    Tu ne peux pas forcer les gens à payer plus cher sous prétexte que tu es persuadé de savoir mieux qu'eux comment ils doivent agir. Si tu crois en Dieu, alors tu n'auras pas de peine à comprendre mon commentaire. Les gens doivent vivre leur vie et leurs expériences. Si à travers cela, ils prennent conscience du mal qu'ils font à l'environnement et du mal qu'ils font aux adultes de demain, ils changeront, et c'est ce que nous souhaitons. S'ils n'en prennent pas conscience, tu peux essayer de discuter avec eux rationnellement et posément. Mais en agissant comme tu le fais, tu fais peur aux gens et tu obtiens l'effet inverse de ce que tu souhaites parce que tu essaies de t'introduire dans leur vie. Aimer l'humanité, c'est la laisser libre

    C'est normal d'être révolté. C'est bien, heureusement que tu l'es, parce qu'aujourd'hui la plupart des gens sont des cons d'apathiques qui se vautrent dans leur canapé - mais bon, c'est leur façon à eux de se révolter. Tu es un révolté, c'est bien. Mais tu comprendras bien vite que la vraie révolte c'est de laisser les gens libres de leurs actions. En ce moment, ça passe par dire non à cette initiative de merde qui vise à museler les gens.

    Merci pour ta révolte et pour tes articles qui sont importants pour mobiliser la jeunesse et les gens d'ici et d'ailleurs. Continue de te changer toi et ton entourage; pour le reste, fais confiance à l'humanité, même si c'est dur parce qu'on sait qu'elle a toujours voulu courir vers la catastrophe, et qu'elle courra toujours vers cette direction.

    Après cette ode dithyrambique à l'humanité, je vais me calmer un peu et dire que je comprends aussi ton point de vue; que cela peut être un moyen plus tortueux de parvenir à tes fins, que la taxe n'est pas forcément une mauvaise chose, certes. Mais faut pas brusquer les gens. Va falloir que l'humanité se casse bien la gueule avant que tout le monde prenne conscience de l'importance de changer. Personnellement, j'ai espoir que cela arrive bientôt. Je crois au progrès, je crois que l'humanité s'améliore; mais c'est aussi parce que je suis née dans une époque qui comme toute époque polarise deux extrêmes: la crainte du lendemain et l'espoir que les gens prennent conscience qu'ils doivent changer pour que tout aille mieux. Et j'ai peur de demain, parce que je veux vivre ma vie; donc j'espère, désespérément. On a besoin d'espoir, c'est humain. Sans espoir, pas de vie; sans vie, pas d'espoir. Au risque de chuter. Mais la vie est une sensation de vertige perpétuel.

    Sonia.

    10
    Sonia Mendes
    Lundi 2 Mars 2015 à 23:47

    Laisse le temps à l'ouvrier portugais qui n'est pas encore apte à gérer son foyer - et par conséquent l'énergie qu'il consomme - d'apprendre à le faire. Faut pas le prendre pour un con qui sera toujours incapable de moins polluer. Il souffre d'une pathologie. Il est déséquilibré. Faut juste lui laisser le temps de se constituer et parler avec lui.

     

    Si tu as confiance en toi, les gens aussi te feront confiance.

    11
    Sonia Mendes
    Lundi 2 Mars 2015 à 23:51

    Tant que les gens n'ont pas poser un acte qui implique directement la mort d'autrui (dit de manière plus prosaïque, tant qu'il n'y a pas quelqu'un qui a tué son prochain avec un flingue), tu n'as aucun droit de les forcer à faire quoique ce soit. En revanche, si un homme tu quelqu'un d'autre, là, il doit être condamné.

    Ne joue pas avec des forces qui te dépassent, c'est dangereux et on se casse facilement la gueule, surtout parce qu'on comprend qu'on est un ciron face à l'implacabilité du monde.

    12
    Sonia Mendes
    Lundi 2 Mars 2015 à 23:59

    Tu es un apprenti dictateur. C'est normal. On l'est tous à un moment où à un autre. Mais n'oublie pas qu'il faudra quitter cette phase quand tu seras prêt. Le refus, c'est dangereux.

    13
    Sonia Mendes
    Mardi 3 Mars 2015 à 00:27

    C'est drôle. Tu parles de la Suisse comme d'un pays conservateur. Alors effectivement, si c'est comme cela que tu le vois, je revendique ma nationalité suisse. Je suis conservatrice parce que je veux conserver ce qu'il y a de bien dans ce pays, et cela implique aussi le mal. Ce qu'il y a de bien, c'est la liberté; ce qu'il y a de mal, c'est les péchés (littéralement "manquer sa cible") commis par les gens. Laisse le temps aux gens d'apprendre à tirer à l'arc.

     

    Amen.

    14
    Vendredi 6 Mars 2015 à 19:43

    Houlà !

    Apprenti dictateur parce que j'appelle à soutenir le remplacement d'une taxe par une autre. À celle-là je ne m'y attendais pas je dois dire.

    Les gens ne sont pas libres aujourd'hui déjà. Ils sont aliénés par l'argent et le pouvoir. Leur prendre moins d'argent d'un côté pour leur en prendre plus de l'autre ne va pas vraiment les rendre ni plus ni moins libres.

    Pour moi une société idéale est une société sans taxes et sans argent tout court. Malheureusement on n'y est pas encore, ça ne m'empêche pas d'y croire, mais en attendant il faut résoudre les problèmes actuels avec les moyens actuels. De même, j'ai beau trouver le fait que 50% de votants d'un pays puissent imposer leur point de vue à tout le monde assez discutable, cela ne m'empêche pas de donner mon avis quand on me le demande. Mieux vaut ça que rien.

    Il y a bien des fois où je suis tout à fait pour laisser les gens se casser la gueule comme tu le dis, et je ne suis pas vraiment du genre à imposer aux autres mes points de vue. Toutefois la nature, pour moi, c'est sacré. Je revendique volontiers une étiquette d'extrême-vert, je l'assume totalement. Je ne suis pas prêt à laisser la Terre se casser la gueule à cause d'imbéciles d'humains qui n'arrivent pas à se mettre d'accord sur des problèmes qui les concernent tous et qui sont bien là depuis des décennies.

    Oui, la Suisse est pour moi un pays conservateur. Un pays où règnent le repli identitaire et la peur du changement. Je ne trouve d'intérêt à ma nationalité suisse que celui justement de donner mon avis quand j'en ai l'occasion. Si elle ne m'accordait pas cet avantage, je m'en débarrasserais volontiers. Je ne suis pas d'une nationalité, je suis moi, j'aime certaines personnes, certaines régions, j'aime parler certaines langues. À bas les nationalités.

    La liberté c'est le bien, oui. C'est même pour moi, avec le bonheur, la finalité de toute vie humaine. La nature et toute la vie qui s'y trouve a je trouve elle aussi ce droit de liberté, la liberté d'être et de pouvoir vivre. Si les hommes n'arrivent pas à s'en rendre compte d'eux-mêmes, eh bien il faut les raisonner. Les problèmes environnementaux n'attendront pas.

    Et ce n'est pas parce que l'on conserve ce qui est bien qu'il faut aussi conserver ce qui est mal. C'est ça, être un vrai progressiste. Conserver le bon de l'ancien et prendre le bon du nouveau, pour un monde meilleur.

    Ainsi soit-il.

    15
    Sonia Mendes
    Mercredi 11 Mars 2015 à 18:04

    Je n'ai pas le temps de faire un long message qui répondrait point par point à ta réponse; mais si tu es capable de placer la nature au-dessus de ton prochain, c'est que oui, tu es un sacré dictateur. La nature ne vaut pas plus que l'homme. Elle vaut autant que l'homme. Les deux doivent être protégés. Si on impose cette sacro-sainte taxe pour laquelle tu es prêt à tout sacrifier (et là je suis très soft dans mes propos), beaucoup de gens ne comprendront pas pourquoi ils doivent faire ça, ils seront frustrés et ils pollueront encore plus. Au lieu d'être buté comme tu l'es, ouvre-toi aux autres, va discuter avec les gens. Essaie de comprendre pourquoi ils sont comme ça. Essaie de comprendre pourquoi une fille qui se dit pro environnement achète quand même plein d'habits neufs etc. D'ailleurs, qui es-tu pour juger les gens? Toi-même ne consommes-tu pas régulièrement du café au collège`Tu crois vraiment que ton corps en a besoin? As-tu conscience de l'impact écologique énorme que ça a? Si tu veux vraiment prendre soin de la nature, commence par t'écouter toi-même, par écouter tes réels besoins. Après la nature ira mieux; parce que tu fais partie de la nature et que cette dernière souffre en ce moment parce qu'elle voit un apprenti dictateur qui veut faire vivre les gens sous la contrainte. Elle voit un homme sourd et aveugle.

    Moi je suis pas extrême-verte. J'ai une vision holiste des choses, et je suis très humaniste; même si ça peut paraître prétentieux.

    Mais malgré le mal que tu te fais - oui parce que c'est d'abord à toi et non pas aux gens qui refusent la taxe que tu fais du mal - je suis sans voix devant ta révolte. C'est très touchant. Vraiment

     

    Hosanna

    16
    Jeudi 12 Mars 2015 à 16:12

    Rien ne sert plus de défendre un projet très imparfait qui a été largement refusé, mais là je suis obligé de répondre.

    Il n'y a aucune logique dans tes propos. Tu prétends qu'en devant débourser plus pour certaines choses polluantes (et moins pour d'autres moins polluantes), les gens vont polluer encore plus ? C'est absurde.

    « Si on impose cette sacro-sainte taxe pour laquelle tu es prêt à tout sacrifier (et là je suis très soft dans mes propos) »

    Je suis désolé, mais il ne faut pas abuser non plus. D'où est-ce que tu sors des trucs pareils ? Je suis prêt à des sacrifices (beaucoup, il est vrai) pour défendre notre Terre, mon monde auquel je tiens, mais en aucun cas pour cette taxe en particulier. Comme je l'ai répété maintes fois, le système proposé n'était pas idéal, seulement j'avais le choix entre oui et non, et j'ai estimé que le oui en valait clairement la peine.

    Je peux savoir en quoi je suis buté ? Je donne mon opinion, j'émets une recommandation de vote, j'argumente. Où est le problème ? Est-ce que j'ai imposé quelque chose à quelqu'un ?

    Aller discuter avec les gens ? Je veux bien, c'est même ce que je fais assez souvent. Seulement, eh bien des fois tu as affaire à des gens qui, eux, sont butés et ne veulent rien entendre.

    « D'ailleurs, qui es-tu pour juger les gens? »

    Et toi donc, qui es-tu pour me juger ? Relis donc mes articles et dis-moi en quoi je juge les gens. Pour ma part je sais parfaitement qui je suis et je l'assume totalement.

    « Si tu veux vraiment prendre soin de la nature, commence par t'écouter toi-même, par écouter tes réels besoins. Après la nature ira mieux; parce que tu fais partie de la nature et que cette dernière souffre en ce moment parce qu'elle voit un apprenti dictateur qui veut faire vivre les gens sous la contrainte. Elle voit un homme sourd et aveugle. »

    C'est à moi que tu dis ça ? Sérieusement ?

    « Mais malgré le mal que tu te fais - oui parce que c'est d'abord à toi et non pas aux gens qui refusent la taxe que tu fais du mal »

    Heureux de l'apprendre. Ah, au fait, c'est marrant, un peu avant tu m'incendiais pour avoir tenu des propos que tu prétendais faire du mal aux autres…

    Tu n'es pas extrême-verte et c'est un choix que je respecte. Est-ce là une raison de venir conter pareilles inepties ? Honnêtement, je ne crois pas.

    Je laisserai le soin aux lecteurs de passage de déterminer qui de nous deux fait preuve du plus de bon sens.

    17
    Vendredi 3 Juillet 2015 à 22:13

    Bonsoir Mr Dissonance :) C'est un plaisir pour moi que d'être tombé sur ton blog fort intéressant !

    Mon avis sur le prix de l'essence, en tant que français ? Bah, je dirais (au risque de passer pour un méchant négativiste) que quand le gazole sera à 2.50 € le litre, les beaufs en Audi A3 réfléchiront peut être à deux fois avant d'aller faire grunter leur moteur sur un parking de supermarché. En fait, j'aimerai qu'il y ait une vraie et immédiate prise de conscience, en France, que oui, il y a des alternatives ! Le vélo, la marche à pieds pour les plus petits déplacements, le bus, le tram ou le métro (pour les villes qui en sont pourvues), et le train grandes lignes pour le reste. Hélas, dans notre société, la voiture est encore vue comme un outil de puissance personnelle et sociale, comme un indicateur de la santé financière d'une personne donnée... Alors que la plupart des cyclistes qui n'en ont pas se portent bien mieux que le premier automobiliste venu !

    Hélas, trois fois hélas, en France il y a Total, il y a Peugeot, Citroën et Renault, des lobbys d'intérêt colossaux autour du pétrole et de la voiture, de la pub, de l'image... Même si ça commence à changer peu à peu dans certaines villes, nous avons beaucoup de retard. Je vis actuellement en plein centre de la France, à Guéret (dans la Creuse), et ici, c'est quasiment une obligation d'avoir une voiture. Je m'explique : le relief de la ville et les infrastructures routières en très mauvais état rendent la pratique du vélo urbain éreintante et dangereuse, et il n'y a pour ainsi dire aucun commerce alimentaire/généraliste en plein centre ville. Évidemment, si j'habitais Nantes ou Rennes, que je travaillais près de mon habitation, je pourrai sans problème me passer de voiture ! Pour l'instant, ce n'est pas le cas... Le réseau ferroviaire aussi est en triste état : une ligne desservant tout le département, qui menace d'être fermée depuis des années... Et dans le même temps, il y a un projet de ligne à grande vitesse entre Limoges et Poitiers ! Va comprendre...

    Je pense que ton blog a cela de salvateur, cette envie de faire table rase et de reconstruire autre chose, différemment, mieux peut être, plus en accord avec la Nature. En tout cas, j'approuve ce post, et si j'étais citoyen helvétique, j'aurai sans doute voté OUI à cette votation !

    N'hésite pas à visiter mon blog "Dernier Bastion", je suis sûr que certains textes te plairont. Par contre, évite la rubrique "Paganisme", étant donné ton allergie à la spiritualité ;)

    A bientôt !

    - Antonin "Troll"

    18
    Dimanche 12 Juillet 2015 à 14:24

    Bonjour Antonin !

    Merci beaucoup pour ce commentaire.

    Je suis entièrement d'accord : le prestige de la voiture individuelle et la puissance des lobbys automobiles sont de terribles fléaux pour notre époque…

    J'ai la chance d'habiter dans une ville pas très grande mais très bien servie en matière de commerces et de transports, ce qui s'applique également à la plupart des villes suisses. À contexte différent, mesures différentes, cela va de soi. Je ne pense pas que j'aurais soutenu une telle initiative en France.

    Le réseau SNCF m'a toujours fait peine à voir. Un système à deux vitesses entre la « vitrine » TGV et un réseau régional délabré dont la moitié des lignes ne sont plus desservies. Je pense que je vais écrire un article là-dessus à l'occasion, en tout bon passionné de chemin de fer que je suis :)

    Je suis content que cet article t'ait plu et me réjouis d'explorer ton blogue à l'occasion !

    Allergique à la spiritualité, moi ? Pas forcément, mais allergique à la religion, ça oui.

    À une prochaine, cher visiteur !

    19
    Dimanche 12 Juillet 2015 à 15:58

    Bonjour Dissonance !

    Je crois que nous avons tout dit. Problème du culte de la voiture, problème des lobbys pétroliers, aucune volonté politique (la seule qui existe est étroitement liée aux pétroliers, donc...) Donc peu de chances que ça change, même en l'espace d'une décennie. Le réseau SNCF est en effet lamentable, dans le sens où il a été construit... à partir de Paris, et donc, il n'y a que peu (voire pas du tout) de liaisons entre Lyon et Nantes, qui desservent le centre de la France (va donc faire Lyon - Clamecy ou Lyon - Vierzon en train, tu vas te marrer deux minutes ^^)... Ici, ils ont supprimé le train Lyon - Bordeaux qui passait par Montluçon, Guéret, Limoges, Brive et Périgueux... officiellement pour cause de "travaux sur la voie". Tu parles... Et je ne parle même pas du Fret (marchandises), qui se réduit comme peau de chagrin, alors même qu'il y a de plus en plus de camions sur les routes...

    Je continuerai à suivre ton blog. D'accord, donc tu n'auras pas forcément grand chose à redire sur ma spiritualité païenne (je la vis en tant que tel, et non en tant que religion). Et, comme toi, je suis littéralement allergique aux religions monothéistes... Mais c'est un autre débat ^^

    Au plaisir de te lire, ici ou ailleurs ! Salutations fraternelles :)

    - Antonin "Troll"

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :